Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/10/2009

Lettre à celle qui s'en va

claire.gif
Claire Castillon photographiée par Patrick Swirc

PSMask.jpgIl est photographe et la femme qu'il aime vient de s'en aller. Elle est écrivain et les portraits qu'on connaît d'elle, ce sont ceux de Patrick Swirc, plusieurs photos où se devine le sentiment amoureux, la fascination pour un visage aux yeux de louve. Le pire je crois, c'est qu'elle écrit des romans d'amour, qu'elle y parle souvent de désir et de sexe, avec des phrases qui donnent envie. Le pire c'est qu'un photographe peut prendre les mots de l'amoureuse comme une épreuve impossible, une espèce de torture dont il secrète lui-même peu à peu le poison en images. Alors, dans la douleur d'une solitude forcée, en somnambule il écrira à celle qui est partie. Quelques phrases à peine jour après jour, et chaque jour une autre photographie.  Pendant presque deux mois, pour raconter la vie sans elle. De la photogaphie amoureuse, comme un langage dont on s'empare pour affronter l'absence, et parler envers et contre tous à celle qui est partie. L'ensemble de ce journal photographique avait été montré aux Rencontres d'Arles en 2008, une projection d'images avec la voix de Patrick Swirc. C'est un travail qu'on n'oublie pas.






Patrick Swirc, Lettre à Claire, 13 octobre

PSSunday.jpg
Patrick Swirc, Lettre à Claire, 14 octobre
PSfreez.jpg
Patrick Swirc, Lettre à Claire, 19 octobre
PSauto.jpg
Patrick Swirc, Lettre à Claire, 3 novembre

PSlecture.jpg
Patrick Swirc, Lettre à Claire, 18 novembre

D'autres photos de Lettre à Claire sur Café mode.

Commentaires

Les photos font penser à de la folie. Et pourquoi elle est partie ? c'est une histoire vraiment très triste

Écrit par : Nora | 26/10/2009

Magnifique et troublant. Ça convoque Denis Roche, la folie, le borderline, esthétique émouvante, presque pénible... Une réussite par rapport à ce que nous voyons la plupart du temps!

Écrit par : Victor | 12/11/2009

Denis Roche a eu la chance d'avoir une liaison amoureuse moins chaotique, et que la durée de cette liaison permette un travail sur le temps. P. Swirc n'est pas un théoricien de l'image. Il braque son appareil un peu comme il bande, à partir d'un instinct amoureux devenu malheureux.
Merci Victor de votre passage.

Écrit par : T. | 12/11/2009

De rien. J'aime vraiment beaucoup. Je fais circuler le lien. Bonne journée.

Écrit par : Victor | 12/11/2009

J'attendrai la nuit pour aller faire un tour à mon tour sur votre site. Pour l'instant trop de travail trop d'enfants. D'ailleurs je file en chercher une au collège. @ +. Et merci pour la circulation accélérée des liens.

Écrit par : Tieri | 12/11/2009

Merci de rendre visite à mon blog - il s'agit d'un "Work In Progress", un récit/journal en train de s'écrire au fil des jours. Vos commentaires seront les bienvenus...

Écrit par : Victor | 12/11/2009

Les commentaires sont fermés.