Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/11/2009

Pure propagande

259.JPG

Ecoutez : le Taraf Zélie Bordela est là pour diffuser des messages en direct. De la photolittérature intime et amoureuse, pour raconter les sentiments qui se mélangent à la pensée. Messages divergents, propagande intempestive - et dans cette violence inévitable qu'entraine ce qui surgit d'imprévu.

La photolittérature est peut-être une émeute, en tout cas un désordre dans le règne absolu des images. Le corps y jette une langue secrète et éruptive, plus expéditive que la poésie en direct, plus littérale aussi avec les yeux pour avancer. Pure propagande amoureuse.

Peut-être qu'en s'épanchant sous nos yeux, la littérature n'attendait que de s'accoupler une dernière fois. La photo pourrait lui servir de putain, vite fait bien fait la nuit dans les rues. Pure propagande, presque sexuelle maintenant

Commentaires

Il y a comme une violence insoumise dans ce cliché... A creuser, non?

Écrit par : Victor | 18/11/2009

Rien qu'une image, copie (ou photocopie) mentale : déclencheur dans la tête, les mots à la surface, l'enfance punaisée quelque part.

Écrit par : Dominique Hasselmann | 19/11/2009

Photocopie mentale - la tournure est puissante, elle me parle, elle ressemble à une légende pour des images du Taraf.
L'enfance punaisée quelque part - Encore un titre.
On fait comment avec les droits d'auteur ?

Écrit par : Papa Our(s) | 19/11/2009

Si ça vous dit Taraf Zélie, vous pouvez aller voir chez moi, je parle d'un poète photographe aujourd'hui. Vous pouvez visiter sa galerie photo sur son site. J'ai aussi mis en ligne une de ses vidéos poétiques. J'aime la rage contenue qui perce sous les mots de votre texte.

Écrit par : Frédérique M | 19/11/2009

Frédérique M. je viens de découvrir l'image et les textes. J'ai vite regardé le catalogue de la médiathèque d'Arles mais les recueils d'Aribaud n'y sont pas. J'ai tendance à faire confiance à la lectrice de Charles Juliet. Ce soir je ferai le tour des librairies qu'on a ici. A cause de vous je vais exploser mon budget littérature et mes enfants vont bouffer des patates. Merci pour eux, espèce d'écrivain.

Écrit par : T.Z. Bordela Capitaine | 19/11/2009

Les commentaires sont fermés.