Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/11/2009

Pure propagande

259.JPG

Ecoutez : le Taraf Zélie Bordela est là pour diffuser des messages en direct. De la photolittérature intime et amoureuse, pour raconter les sentiments qui se mélangent à la pensée. Messages divergents, propagande intempestive - et dans cette violence inévitable qu'entraine ce qui surgit d'imprévu.

La photolittérature est peut-être une émeute, en tout cas un désordre dans le règne absolu des images. Le corps y jette une langue secrète et éruptive, plus expéditive que la poésie en direct, plus littérale aussi avec les yeux pour avancer. Pure propagande amoureuse.

Peut-être qu'en s'épanchant sous nos yeux, la littérature n'attendait que de s'accoupler une dernière fois. La photo pourrait lui servir de putain, vite fait bien fait la nuit dans les rues. Pure propagande, presque sexuelle maintenant

10/11/2009

Taraf Zelie Bordela, manifeste

072.JPG

La photolittérature est une terre en archipel qui émerge, vite. Sans aucune cartographie encore, à ce commencement où n'apparaît pour l'instant qu'une partie frontale des champs magnétiques, épicentres et turbulences.

La photolittérature est une ligne de faille entre ce très vieux continent qu'est la littérature et ce nouveau monde de la photographie.

Les arpenteurs qui voudront s'aventurer jusqu'à ces zones ne pourront avancer qu'en aveugles, à l'instinct. L'outil des mots, en s'accouplant à la fine matrice des photos pourra génerer des monstres, fabulas, talismans primitifs et pièges à violenter la vieille réalité mais on s'en fout, on y va.

Taraf Zelie Bordela, Arles le  9 novembre 2009