Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/12/2009

Amoureux, amoureuses de si loin

320762775.jpg
( Je ne sais rien de cette image.
Elle vient d'Alma Soror, c'est tout ce qu'on sait.
Pas grand chose et aussi le Maroc comme décor )

TIERI :
Tu crois qu'on va mourir
A quoi ressemblent tes amoureux edith ?

ÉDITH :
Mes amoureux ressemblent à des frères d'ailleurs. Ils ont des longues jambes, des longs bras, des voix graves et des visages qu'on ne distingue pas très bien. Seuls leurs yeux brillent. Ils ne mangent pas, ils ne dorment pas, ils marchent sous la pluie. Ils ne lisent plus rien car ils ont appris tous les livres par coeur, comme dans Fahrenheit. Ils m'entourent, marchent autour de moi, armée d'amants qui me protègent du monde réel et des coups bas. Ils n'ont pas de maisons, mais des vaisseaux spatiaux. Ils surfent dans le ciel. Ils aiment mes écritures et mes danses. Ils ressemblent à des Peter Pan d'un autre monde, d'un autre temps, un temps qui vient lentement, lentement, ils ont un temps d'avance.

Ils sont géographes, astrophysiciens et chevaliers. Ils viennent de nulle part, ou plutôt, de si loin que l'on ne sait plus le nom de leur pays d'origine et ils savent parler aux poissons. Ils aiment les sonorités du monde, les bulles d'eau, les ballons que les enfants envoient dans le ciel après la fête. Ils me donnent leurs desserts.
Ils sont plus fidèles que la fidélité, plus aventureux que l'aventure. Je soupçonne certains d'entre eux d'être des femmes déguisées. Je m'en fiche.

Commentaires

Je vais relire Fahrenheit 451, roman de mon cher Bradbury dont je ne pensais pas qu'il fut de vos lectures. Je n'ai pas compris la première phrase, "tu crois qu'on va mourir".

Ecrit par : Effervescence 23 | vendredi, 11 décembre 2009

Répondre à ce commentaire

Une autre réponse, à une autre question, du même style, du même Tieri, ici: http://almasoror.hautetfort.com/archive/2008/11/06/repons...

J'aime Bradbury, j'ai une vieille cassette où on l'entend réciter d'une belle voix de vieillard ses chroniques martiennes. Je ne vous ai toujours pas démasqué Effervescence 23. Vous êtes effervescent, certes. Vous êtes 23, assurément. Mais qui êtes-vous ?

Ecrit par : Édith | vendredi, 11 décembre 2009

Répondre à ce commentaire

Ces amants sont dans le désert ?

Ecrit par : David nathanaël Steene | vendredi, 11 décembre 2009

Répondre à ce commentaire

C'est une photographie prise lors de l'indépendance du Maroc.

Ecrit par : Édith | vendredi, 11 décembre 2009

Répondre à ce commentaire

Une armée de Peter Pan comme amants, c'est très immâture. Sil y a en plus des femmes déguisés parmi eux, là il faut vraiment faire une psychanalyse.

Ecrit par : Philippe RMO | vendredi, 11 décembre 2009

Répondre à ce commentaire

L'immaturité est un droit qu'on refuse déjà aux enfants. Laissez au moins ce droit aux femmes, aux artistes & aux écoterroristes. Merci pour eux.
Et puis l'accent circonflexe sur IMMATURE n'était pas nécessaire.
Laissons l'orthographe aux Clercs de Notaire, svp rmo.

Ecrit par : Capitaine du Taraf anti-barbelés | mardi, 15 décembre 2009

Répondre à ce commentaire

D'avance merci RMO et j'aime aussi les duels, la castagne à toulouse et la baston quand c'est le SCALP qui l'organise.

Ecrit par : Capitaine du Taraf anti-barbelés | mardi, 15 décembre 2009

Répondre à ce commentaire

Oh putain RMO, laissez la psychanalyse aux maladies de l'âme.
Et je vous souhaite des amants magnifiques.
Sodomites ou pas peu importe si c'est du love, du romanesque, du sentiment qui bande.

Ecrit par : Taraf général, faction de nuit | mardi, 15 décembre 2009

Répondre à ce commentaire

Maururu Edith
Ces mots là, sont une promesse
Toute une armée de Peter Pan, au creux desquels jamais perdue
Un Mana qui en dit long...
Faitoito à Vous

P.S : Monsieur RMO, ..si vous vouliez, juste une fois, déplier..votre pantalon!

Ecrit par : Titaina en line | mardi, 15 décembre 2009

Répondre à ce commentaire

22/09/2009

Image d'amour

65256885.JPG
Faire une image c'est aussi un travail. Godard expliquait ça en pestant. Un travail bien fait, mal fait ou pas fait, pour reprendre les catégories de Robert Filliou. Faire une image d'amour comme d'autres fabriquent des images pornos, c'est encore un travail. Il faut inventer quelque chose qui n'existe pas, du jamais vu ou du mal vu, approcher d'une seule image à quoi il faudra bien trouver un nom s'il y a dedans du sentiment. Regarder mieux pour comprendre ce qu'on fabrique. Je voudrais faire en sorte que ça devienne mon travail. Et tant qu'à faire je voudrais autant que ce soit bien fait, alors je réfléchis, j'expérimente, je trafique comme je peux. Une image avec des verbes, chaque lettre écrite à la main et sans tirer la langue. Godard disait ça aussi, si je me souviens encore juste un peu de sa pensée qui mitraillait : Le travail ce n'est pas ce qu'on veut, c'est le contraire, le travail c'est surtout ce qu'on peut. C'est tant pis mais d'accord, mieux vaut le savoir. avant de commencer. Est-ce que je peux si je veux fabriquer vite une image d'amour, devenir ce travailleur amoureux et capable d'une image bien faite que j'aurais montrée à Filliou s'il était là. Filliou est parti et il nous manque. Mais sa République Géniale continue d'exister autant que la Tziganie : une nation sans aucun territoire, une avancée mentale à partir d'histoires et d'images qui ne pourraient plus refluer.
9029_07white.jpg
Photo © Susanna Majuri